Construire sa canalisation, parlons opportunité d’affaires

Ce texte devait avant tout être un simple « post » sur les médias sociaux, puisqu’il ne ressemble en rien à ce que je publie habituellement. Cependant, lorsque je me suis mise à rédiger, j’avais plus de choses à écrire que je ne le pensais. Donc, je me suis dit que si j’étais pour faire une publication d’un million de mots, aussi bien faire un vrai texte en bonne et due forme.

J’avais envie d’aborder un sujet délicat, tabou et un peu inconfortable… l’argent! Je sais que le fait de parler d’argent n’est pas toujours bien perçu. En fait, laissez-moi préciser… Je veux vous parler de mon mois d’avril et immanquablement, je vais aborder ce sujet.

Bonne lecture !

Ma découverte des huiles essentielles

En fait, comme plusieurs (a.k.a. tout le monde) le savent maintenant, je m’investis énormément dans mon apprentissage et mon enseignement de la santé au naturel. dōTERRA est entré dans ma vie il y a deux ans, et depuis un an je me consacre à développer mon entreprise autour de ces produits. Au départ, les huiles essentielles m’ont interpellée puisque je cherchais une manière d’apprendre à cohabiter plus sainement avec mon trouble d’anxiété généralisé et la médecine moderne (quoique très utile) n’avait pas réussi à me fournir une solution permanente qui me satisfaisait. En fait, j’avais toujours l’impression que je dépendais des autres pour être bien… mon médecin, mon psychologue, etc. J’avais l’impression d’être une figurante et non une participante dans mon bien-être.

Donc, en me tournant vers la santé au naturel et les huiles essentielles, j’avais enfin la chance de m’outiller et de prendre cela en main. J’avais envie de m’éduquer sur LA santé et surtout, réussir à prendre soin de MA santé. C’est un pari que je crois bien avoir gagné.

La découverte des huiles a eu l’impact recherché. Je dirais même que les effets ont été au-delà de mes attentes initiales. J’ai tellement été étonnée de voir comment mon corps, mes émotions et mon mental réagissaient à ces solutions naturelles que je me suis mise à faire des recherches et à me former davantage sur cet univers fascinant. En fait, j’étais curieuse de savoir jusqu’où cette médecine alternative pouvait aller. Naturellement, j’avais envie d’utiliser ce qui était de meilleur et de plus efficace pour moi et mon entourage. dōTERRA n’a donc pas été un choix fait au hasard. Au contraire, sélectionner cette compagnie a été une décision réfléchie, analysée et recherchée.

En effet, celle-ci avait un produit incroyable, efficace, naturel et sécuritaire, en plus de partager des valeurs et une vision qui m’interpellent grandement. À ce jour, après avoir entamé mes études en naturopathie et côtoyé plusieurs autres compagnies, je reste convaincue qu’ils sont des pionniers et des innovateurs dans ce domaine.

Ma curiosité face à l‘opportunité d’affaires

Avec ma découverte des huiles essentielles et de la compagnie dōTERRA vint ma curiosité sur la possibilité d’en faire une entreprise. Servir les gens et leur apprendre comment prendre soin d’eux grâce à la nature et aux huiles essentielles étaient devenues mon objectif et ce qui me nourrissait énormément au quotidien. Être entrepreneur dans l’univers du bien-être est un rêve que j’ai depuis plusieurs années.

Par contre, ayant déjà eu par le passé un petit café de quartier ainsi qu’une boutique en ligne d’accessoires, je sais pertinemment ce que cela implique de commencer à zéro. Je suis consciente du degré de risque que cela peu amener, mais je connais l’implication en temps et en argent que représentent le fait de devoir trouver des fournisseurs, faire son propre marketing, gérer ses commandes, mettre à jour son site web, faire connaitre ses produits, se démarquer de la concurrence, assurer une qualité du produit (particulièrement pour un produit tel quel celui-ci), etc. Non seulement je n’étais pas prête à reprendre ce risque que j’avais jadis pris, mais tout cela m’aurait laissé bien peu de temps pour la portion qui me passionne réellement, enseigner la santé au naturel.

Donc, pour toutes ses raisons, me tourner vers une compagnie style « MLM » avait vraiment du sens. J’étais certaine d’offrir à mes clients ce qui se fait de meilleur et pouvoir à mon tour me concentrer sur ce qui m’importait vraiment, l’enseignement. Naturellement, cette compagnie me laissait bâtir mon entreprise à ma couleur ce qui était important pour moi. De plus, les niveaux de risque et de dépenses sont très raisonnables (car naturellement, être entrepreneur exige une certaine implication financière, peu importe la forme de l’entreprise qu’on choisit). Chose qui n’est pas toujours le cas quand on lance son entreprise.

Une passion avant tout

Donc, vous comprendrez bien que je n’ai pas été « recruté » comme certains aiment le croire. C’est une décision qui venait de mon cœur et qui avait été réfléchie logiquement. En fait, le modèle d’affaires de dōTERRA (contrairement à des modèles d’affaires similaires de d’autres MLM) ne met pas l’accent sur le recrutement de conseillers, mais davantage sur l’éducation des gens. En effet, la priorité est et sera toujours d’aider nos clients à transformer leur santé. D’ailleurs, cette compagnie a le plus haut de rétention de ses clients pour cette raison et une infime partie de clients s’intéressent à l’opportunité d’affaires. La majorité d’entre eux ne font que bénéficier des bienfaits des produits et prendre soin d’eux.

Naturellement, il existe tout de même d’autres personnes comme moi qui se passionnent de cet univers et décident d’en faire une entreprise pour des raisons semblables aux miennes. C’est dans ces moments que nous (représentantes) sommes là pour les accompagner et les mentorer. Par contre, on ne peut forcer personne à faire ce « business » sans qu’elle le désire sincèrement et qu’elle soit prête à y fournir les efforts nécessaires.

C’est pour cette raison que j’ai de la difficulté à employer le terme « recruter ». Je ne voudrais certainement pas m’entourer de partenaires qui ne sont pas aussi passionnés et dédiés que moi, mais qui se serait laissés convaincre d’embarquer dans l’aventure après s’être faits miroités ou s’être fait croire que l’argent tomberait du ciel. C’est un business après tout, pas la loterie.

Les gens ne devraient pas être recrutés, ils devraient se joindre à nous pour les mêmes raisons que moi je me suis jointe à ma mentor, à son équipe et à cette compagnie. Je voulais travailler en équipe, partager les meilleures pratiques d’affaires, discuter des bons et moins bon coups, me réjouir de mes réussites et surtout, avoir le plus d’outils pour aider mes clients à prendre soin d’eux. Je ne voulais pas bâtir seule, mais je voulais que ce que je construis reste tout de même mon entreprise et qu’elle porte mes propres couleurs, car bien que j’aie une équipe formidable, mon succès ne dépend au final que de moi.

Il était une fois, la construction d’une canalisation

Et, mon mois d’avril dans tout ça ? J’y viens, j’y viens… Mais avant tout, je veux vous raconter une petite histoire. C’est l’histoire d’un homme qui avait comme emploi de vendre de l’eau. Tous les jours, il se rendait à pied au puits le plus proche, situé à 1 heure de marche de son domicile pour y puiser de l’eau et le vendre par la suite au marché. Ceci était son emploi. Il faisait d’incalculables allers-retours chaque jour pour vendre suffisamment d’eau et ainsi faire vivre sa famille. Naturellement, plus il se rendait souvent au puits, plus sa journée était rentable. Malheureusement, l’inverse était aussi vrai.

Un jour, il en a eu assez de ce travail harassant, qui l’obligeait continuellement à échanger son temps contre de l’argent. Donc, il se mit à réfléchir à la meilleure manière d’exploiter son entreprise sans avoir à continuer les allers-retours quotidiens. Il eut une idée; il allait construire un système de canalisation qui amènerait l’eau du puits directement au marché. Cette manière de fonctionner lui permettrait enfin d’offrir de l’eau sans devoir continuellement se rendre à la source avec ses sceaux.

Par contre, avant que son système ne soit fonctionnel et rentable, il devait y mettre du temps, de l’énergie et de l’investissement. Donc, il entama son projet de construction de canalisation, tout en continuant de puiser de l’eau au puits chaque jour puisqu’il devait continuer de gagner de l’argent pour faire vivre sa famille. Il fit de gros sacrifices et s’y investit pendant quelques années, jusqu’au jour où son projet fut terminé.

Ce jour-là, lorsqu’il ouvrit la valve et que l’eau commença à s’écouler seule, il se réjouit comme jamais et sa vie changea. Il avait réussi à amener de l’eau fraiche en quantité illimitée à son village et il n’avait plus à devoir travailler autant qu’il le faisait auparavant. Naturellement, il devait entretenir sa canalisation, mais tout cela n’avait rien à voir avec le fardeau que son travail du passé lui avait tant exigé.

Mon mois d’avril dans tout ça ?

Cette histoire m’inspire beaucoup et c’est grâce à celle-ci que mois après mois, je travaille aussi fort dans mon entreprise. Mon mois d’avril a été un aperçu de cette canalisation. Mon travail constant, mes efforts, mes choix commencent à me rapporter et c’est très encourageant. En avril, contre toutes attentes, j’ai fait le plus gros mois de vente depuis le début de mon aventure, donc j’ai aussi tiré un revenu supplémentaire intéressant. J’ai été franchement perplexe du volume généré en raison de la situation économique que l’on vit en ce moment.

Selon vous, est-ce parce que j’ai harcelé les gens, travaillé 80 heures par semaine, tout sacrifié, recruté des conseillers ? NON pas du tout. Pourquoi dans ce cas ? Parce que je construis tranquillement, mais surement ma canalisation. Et je me rends compte que ma « canalisation » fait beaucoup de sens pour plusieurs personnes en ce moment.

Les gens sont de plus en plus conscients que notre vrai pouvoir sur notre santé passe par nos choix quotidiens; ce qu’on décide de consommer et la manière dont on décide de soutenir notre système immunitaire, maintenir notre énergie, etc. On doit devenir les propres acteurs de notre santé dans le scénario de notre vie et arrêter d’attendre constamment après autre chose pour être bien. Avec cette pause forcée, il y a un retour aux vraies valeurs, à ce qui est vraiment important et pour la grande majorité des individus (pour ne pas dire tout le monde) et bien la santé arrive en haut de la pyramide. Donc, les gens investissent de plus en plus dans leur santé. C’est cela qui explique pourquoi le chiffre d’affaires d’une compagnie comme dōTERRA continue d’augmenter de manière exponentielle quand pour plusieurs ce chiffre décroit.

Ce mois-ci, à ma façon, j’ai eu la chance d’ouvrir le robinet de ma canalisation et de laisser l’eau s’écouler sans avoir à me rendre au puits tous les jours. J’ai réussi grâce à des partenaires, des membres de mon équipe, des clients incroyables, des mentors inspirants à véhiculer la mission d’aider les gens à prendre soin de leur santé d’une manière simple et saine grâce à l’utilisation des huiles essentielles. Est-ce terminé ? Pas du tout, ce n’est qu’un début ! J’ai encore bien du temps à investir sur la construction. Par contre, j’ai réalisé que je n’avais pas seulement envie de partager mon amour pour la santé au naturel, mais je désirais aussi montrer aux passionnés comme moi comment construire à leur tour leur propre canalisation afin qu’un jour, si tel est leur désir, ils arrêtent de faire des allers-retours au puits.

Vendeuse de rêves ?

Entendez-moi bien… je ne vends aucun rêve ici. Est-il possible de faire de l’argent ? Oui ! Est-il possible d’en faire un revenu principal ? Oui ! Est-ce possible d’avoir de l’impact dans la vie et la santé des gens ? Oui ! Est-ce possible d’inspirer et de mentorer des gens incroyables et d’avoir un impact dans leur vie ? Oui !

Est-ce que cela arrive du jour au lendemain ? Non ! Est-ce que cela demande de faire des allers-retours au puits pendant la journée et de travailler sur sa canalisation le soir et pendant ses temps libres ? Oui ! Est-ce qu’il faut être prêt à faire ce que 95% des gens n’osent pas faire pour avoir ce que 5 % des gens ont ? Oui ! Est-ce que c’est facile ? Non ! Est-ce que ça en vaut la peine ? Je crois bien que oui. Rappelons-nous, il s’agit d’un business. La seule différence est que le produit et tout ce qui entoure la création, l’information et la vente de celui-ci vous sont fournis.

L’homme de mon histoire a dû faire des choix pendant quelques années pour construire sa canalisation. Il n’avait pas l’option de tout arrêter pour se concentrer uniquement sur celle-ci puisqu’il avait sa famille à nourrir. L’homme n’avait aucune certitude que sa canalisation tiendrait la route lorsqu’elle serait terminée. Il a dû faire un acte de foi et croire en lui. Il a fait des choix, des sacrifices et a dû s’investir. Sa famille a douté de lui, ses voisins n’ont pas cru en son projet. Il a dû travailler sur lui, sur son état d’esprit, sur sa détermination, sur sa croyance en lui-même. Aujourd’hui par contre, il récolte le fruit de son labeur et obtient enfin la liberté de faire de nouveaux choix.

En conclusion

Donc ce mois-ci, j’ai réalisé que j’avais envie de vous partager mon nouveau regard posé sur le modèle proposé par dōTERRA et cette opportunité. J’ai envie d’offrir à d’autres le support et la possibilité de construire leur canalisation, si tel est leur désir et leur passion. Je crois qu’il est possible de bâtir un revenu résiduel, qu’il est possible de cesser d’échanger continuellement son temps pour de l’argent, qu’il existe d’autres formules que celles que la société met de l’avant. Je crois qu’avec le temps, l’investissement, le dévouement et la passion, il est possible de devenir indépendant financièrement, d’ajouter ou de transformer ses sources de revenus.

Ce mois-ci, j’ai vraiment réalisé que dōTERRA nous offre une opportunité clé en main. Le vrai travail selon moi consiste à désapprendre tout ce que vous pensiez savoir sur ce type d’entreprise, sur votre santé, sur ce dont vous êtes capable, et sur la véritable réussite et l’abondance. Je me dis que ce texte arrivera peut-être à point dans la vie de certaines personnes aussi amoureuses de la nature que moi et surtout, ayant un désir de construire quelque chose de différent pour leur futur. Si c’est le cas, alors foncez. Peut-être qu’au mois d’avril l’an prochain, ce sera-vous qui publierez un texte similaire et parlerez de votre projet de canalisation!

Amitié, Laurie ♥